Offre d’emploi: chef de projet permanent

Structure et environnement

• Recruteur : Association des Conservateurs des Musées de Midi-Pyrénées, regroupant des professionnels des 79 musées de la région, impliqués à titre bénévole dans l’Association.

L’Association est une section fédérée de l’AGCCPF (Association générale des Conservateurs des Collections publiques de France). Son siège social est à Montauban.

Evolution probable : extension de l’Association par fusion avec l’Association Languedoc-Roussillon dans le cadre de la fusion des régions

• Les partenaires de l’Association :

DRAC et Région / Collectivités territoriales tutelles des musées Musées du réseau.

Missions

Le chef de projet, en lien avec le/la Président/e et le Bureau de l’Association ainsi que les membres des Commissions, est chargé de la gestion des affaires courantes de l’Association, de l’administration et du développement du site internet du réseau des musées, ainsi que de la mise en œuvre et la coordination des projets de l’Association.

Principales activités :

– Le chef de projet apporte une aide permanente au Président, Trésorier et Secrétaire de l’Association ; il les alerte sur toute question organisationnelle, relationnelle ou technique.

– Il est force de proposition pour l’engagement des actions et coordonne la mise en œuvre des divers projets de l’Association (expositions, publications, outils de communication, séminaires, journées professionnelles, etc.).

– Il assure l’interface avec les différents interlocuteurs des musées du réseau et avec les partenaires institutionnels ou techniques. Il peut être amené à représenter l’Association.

– Le chef de projet organise les différentes réunions, transmet les convocations, rédige les comptes rendus et les documents officiels à envoyer en Préfecture, assure le classement et l’archivage des documents et de la messagerie de l’Association et du site internet.

– Il prépare le budget prévisionnel, se charge du suivi des dépenses-recettes avec le trésorier et du bilan financier avec le cabinet comptable.

– Il élabore les dossiers de demande de subvention, en suit toutes les étapes (signatures de convention, dossiers des justificatifs, etc..) jusqu’aux versements.

– Le chef de projet est l’administrateur du site internet du réseau des musées MUSEES MIDI-PYRENEES ; sur le plan des contenus, il est garant du bon développement des données et de leur cohérence ; il anime, aide et forme les contributeurs de chacun des musées.

– Il crée les informations et rubriques transversales du site web ; il en développe la partie extranet. Il veille à son bon référencement et le développe.

– Il gère l’ensemble des accès par les musées à l’interface d’administration du site ; il suit et analyse les statistiques des consultations.

– Il a la charge de l’évolution du site en relation avec d’une part les contributeurs et le comité éditorial, d’autre part avec le prestataire internet, dont il suit le travail de la conception à la recette.

– Le chef de projet gère les conventions relatives au site internet avec les tutelles des musées, prépare les factures annuelles et suit les paiements.

– Il est chargé d’étendre ces conventionnements avec l’ensemble des musées et établit les conventions pour les musées qui rejoignent le réseau.

– Le chef de projet effectue une veille informationnelle pour les musées (articles, colloques et autres manifestations, technologies et applications numériques, etc.) et transmet aux interlocuteurs des musées du réseau.

– Il développe les relations avec les autres sections fédérées en région et l’Association nationale, dont il suit les activités. Il réalise le suivi des cotisations des membres.

Compétences et qualités requises :

– autonomie et sens de l’initiative, rigueur et méthode, force de proposition, analyse-synthèse,

– écoute, réactivité et anticipation,

– connaissance du milieu culturel et patrimonial, des collectivités territoriales, des institutions régionales,

– capacités d’organisation et d’adaptation, disponibilité,

– aptitudes à travailler en réseau avec de nombreux interlocuteurs et à l’animation d’équipes,

– capacité au pilotage de projets,

– maîtrise des aspects gestion budgétaire, administratifs et financiers,

– bonne connaissance technique des outils et méthodes du multimédia – sites web,

– maîtrise parfaite des outils bureautiques,

– capacités d’expression et d’argumentation écrite,

– connaissance juridique des droits d’auteur, notamment concernant les photographies.

Voiture requise – mobilité pour déplacements réguliers en région.

Niveau : études supérieures bac + 4 ou 5

Expérience souhaitée de poste à responsabilité dans le domaine culturel, la conduite de projets, et en particulier multimédia, ainsi que d’administrateur de site web.

Modalités du recrutement

• Contrat en CDD à mi-temps pour 3 mois, puis à temps plein en CDI

• Poste à pourvoir le 1er janvier à mi-temps, avec accompagnement pendant 3 mois par l’actuel chef de projet, puis le 1er mars à temps plein

• Convention collective : Convention collective de l’animation -brochure JO 3246- étendue par arrêté du 23 avril 3003 JORF 3 mai 2003

• Rémunération : partie conventionnelle selon convention collective et partie contractuelle selon profil

• Localisation

Midi-Pyrénées, à Toulouse ou proximité

• Candidature à adresser par courrier et par mél. à la Présidente de l’Association sous forme d’un CV avec photo et d’une lettre de motivation, avant le 31 juillet 2015

– par courrier à l’adresse suivante :

Jocelyne LE HANVIC

Permanence de l’Association des Conservateurs des Musées de Midi-Pyrénées

8 rue Berdoulou, BRUGES

64800 BRUGES-CAPBIS-MIFAGET

– par mél. : association@musees-midi-pyrenees.fr

Renseignements complémentaires : association@musees-midi-pyrenees.fr

Chantier recherche bénévoles: Granède (Aveyron)

Contact : christophe-saintpierre@aveyron.f

Le site de la Granède (Millau, Aveyron) fait l’objet de fouilles archéologiques depuis 2006 dans le cadre d’une étude de l’occupation du territoire millavois durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

Depuis 2009, cette opération d’archéologie programmée se déroule désormais dans le cadre des missions de recherche du service départemental d’archéologie de l’Aveyron.

Le caractère inédit de la démarche initiée pour cette période historique sur le territoire des Grands Causses et les résultats obtenus autour de l’église paléochrétienne, en particulier avec la mise au jour d’une cuve baptismale attribuable au Ve siècle de notre ère, ont amené les services de l’État à considérer cette opération comme prioritaire en région Midi-Pyrénées. C’est la raison pour laquelle une opération de prospection/inventaire, associée à une campagne de relevé des remparts, est programmée du 6 au 25 juillet 2015.

Dans ce cadre nous recherchons des candidats, motivés, en bonne condition physique, pour participer à cette nouvelle campagne d’étude.

EVEHA recrute un(e) médiateur(trice) en archéologie

Date de diffusion : 05 juin 2015

Référence : R2015-Médiation

Poste d’assistant(e) en médiation archéologique

Pour faire face à un surcroît d’activité, nous recherchons un/une nouveau collaborateur / trice pour un poste en médiation archéologique au sein du pôle médiation et valorisation culturelle, situé au siège de l’entreprise à Limoges (87).

Contrat : CDD

Durée : 6 mois – à pourvoir au plus vite Lieu : Limoges (87)

Présentation de l’entreprise :

Éveha est le principal bureau privé d’études archéologique en France, comptant plus de 200 collaborateurs répartis sur 14 agences. Notre bureau d’études possède l’agrément pour l’exécution de fouille d’archéologie préventive pour les périodes allant du Néolithique à l’Époque moderne. Nos prestations s’adressent aux structures publiques ou privées souhaitant réaliser des opérations de fouille, d’études archéologiques ou de mise en valeur du patrimoine.

Missions :

Sous la responsabilité de la chargée de médiation et de communication, vous serez amené à :

– animer et participer à la préparation de journées portes-ouvertes ;

– animer des ateliers pédagogiques et des visites pour tout public (adultes, familles, scolaires, officiels) ;

– créer et rédiger de la documentation (dépliant, carnet pédagogique, affiche, etc.) ; – suivre des projets de valorisation (exposition) ; – mettre à jour le site internet.

Profil :

Titulaire d’une licence en archéologie et d’un master en archéologie ou en valorisation du patrimoine, avec un intérêt marqué pour la médiation. Il est indispensable de posséder de sérieuses expériences en médiation, ainsi que des expériences de fouille sur le terrain.

Il vous faudra également être mobile et posséder un véhicule pour vous rendre à d’éventuelles portes ouvertes pouvant se dérouler partout en France.

Autonome, réactif et polyvalent, vous avez un excellent sens relationnel et aimer le contact avec le public. Vos capacités d’adaptation et votre créativité vous permettront de mener à bien les missions confiées.

Compétences :

– connaissance des logiciels de PAO / DAO, de préférence Open Office (Inkscape, Scribus, Gimp / Illustrator, InDesign, Photoshop)

– compétences rédactionnelles (rédaction de synthèse, vulgarisation) – permis B + véhicule

Avantages :

Vous aurez également droit aux tickets restaurant et à tous les avantages du CE. Vos frais de déplacement seront intégralement pris en charge par l’entreprise. Vous pourrez également être formé en interne à l’utilisation des logiciels spécifiques à l’entreprise.

Envoyez votre CV + lettre de motivation à l’adresse suivante avant le 30 juin 2015 en précisant la référence de l’annonce dans le sujet → candidature @eveha.fr

PACEA RECRUTE.4 CDD de techniciens

bonjour à tous,
PACEA : De la Préhistoire à l'Actuel, Culture, Environnement, Anthropologie. recrute pour la période de septembre à décembre 2015,
4 techniciens pour la remise en état des collections préhistoriques (lithique & os) suite à l’inondation dont elles avaient été victimes.
retour des candidatures pour le 29 mai inclus.
entretien et sélection définitive prévus pour la semaine du 15 au 19 juin.

Les Mercredis de l’Archéologie (TRACES)

 

Devant le grand succès que rencontre le cycle de conférences des « Mercredis de l’archéologie » les organisateurs ont choisi une nouvelle salle afin de mieux accueillir les auditeurs.

 

A compter du Mercredi 8 avril 2015 de 18h00 à 19h00 les conférences se passeront à la Salle Clémence Isaure, Société archéologique du Midi de la France, Hôtel d’Assézat à Toulouse.

Métro Esquirol

La prochaine conférence aura pour thème :

 

« Toulouse, du royaume wisigoth aux premiers comtes (Ve– Xe  siècles). Apogée, déclin et renaissance de la cité » par Jean-Luc BOUDARTCHOUK.

Historien et archéologue de formation, spécialiste de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Age, de l’archéologie du bâti, responsable de la base Midi-Pyrénées de l’Institut National de Recherche en Archéologie Préventive (INRAP).

Toulouse devient capitale, dès 413, du plus ancien royaume romano-germanique, celui des Goths de Gaule. Durant près d’un siècle, Toulouse rayonne dans le sud et le centre de la Gaule. De grands programmes urbanistiques voient le jour, dont une véritable cité administrative dédiée à la gestion du royaume. Cette cité et la ville, ruinées au début du VIe siècle par la conquête de Clovis, ne sont plus que simples places fortes : la cité manque alors peut-être de disparaître. Mais à la faveur de la restauration carolingienne et sous l’impulsion de ses premiers comtes, Toulouse retrouve peu à peu toutes les prérogatives d’une grande cité.

Les Mercredis de l’Archéologie

Les Mercredis de l’Archéologie : ça déménage !

Devant le grand succès que rencontre le cycle de conférences des « Mercredis de l’archéologie » les organisateurs ont choisi une nouvelle salle afin de mieux accueillir les auditeurs. Nous disposons maintenant d’une salle comportant 140 places assises.

A compter de la conférence du Mercredi 8 avril 2015 de 18h00 à 19h00 les organisateurs auront le plaisir de vous accueillir :

Salle Clémence Isaure
Société archéologique du Midi de la France
Hôtel d’Assézat
Place d’Assézat
31000 Toulouse

Métro Esquirol

La prochaine conférence aura pour thème :

« Toulouse, du royaume wisigoth aux premiers comtes (Ve- Xe  siècles). Apogée, déclin et renaissance de la cité » par Jean-Luc BOUDARTCHOUK.
Historien et archéologue de formation, spécialiste de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Age, de l’archéologie du bâti, responsable de la base Midi-Pyrénées de l’Institut National de Recherche en Archéologie Préventive (INRAP).
Toulouse devient capitale, dès 413, du plus ancien royaume romano-germanique, celui des Goths de Gaule. Durant près d’un siècle, Toulouse rayonne dans le sud et le centre de la Gaule. De grands programmes urbanistiques voient le jour, dont une véritable cité administrative dédiée à la gestion du royaume. Cette cité et la ville, ruinées au début du VIe siècle par la conquête de Clovis, ne sont plus que simples places fortes : la cité manque alors peut-être de disparaître. Mais à la faveur de la restauration carolingienne et sous l’impulsion de ses premiers comtes, Toulouse retrouve peu à peu toutes les prérogatives d’une grande cité.

Les Mercredis de l’Archéologie PDF

Sortie/Visite de l’abbaye de l’Escaldieu et du château de Mauvezin. Le 28 Mars 2015

Le samedi 28 mars aura lieu la visite de l’abbaye cistercienne de l’Escaladieu (Haute-Pyrénées). Le site nous sera présenté par Adeline Caraës, étudiante en Master 2 d’Études Médiévales qui travaille dessus dans le cadre de son mémoire.

Le coût de la visite sera de 2 euros par personne si on est au moins un groupe de 10.

En comptant l’essence et le péage, le transport coûtera 40 euros aller-retour c’est-à-dire 8 euros par personne si les voitures prennent 5 passagers. Pour l’organisation des covoiturages je vous renvoie au doodle ci-joint.http://doodle.com/9c228z8u4bhunuph

Le départ aura lieu à 8h50 au parking près du rond-point aux bambous de la fac.

La visite sera suivie d’un pique nique, pour savoir qui amène quoi merci de remplir le doodle mentionné plus haut. L’eau sera fournie amenez donc d’autres boissons.

Après le pique-nique, nous aurons la possibilité de visiter le château de Mauvezin (XI – XIIIe siècle) situé à quelques minutes en voiture de l’abbaye. Le billet d’entrée est de 5.50 euros. Un guide nous présentera le site.

Le coût de ses visites (mais pas l’essence) sera pris en charge par l’APAREA pour les personnes adhérentes à l’association.

 

contact:  contact@aparea.fr 

Giampietro Campana. La malédiction de l’anticomane ! de Jean-Luc Dousset. Ouvrage à paraître en Avril

Giampietro Campana

La malédiction de l’anticomane !

Un ouvrage qui sort début avril, aux Editions Jeanne d’Arc, au Puy en Velay, un ouvrage de Jean-Luc Dousset consacré à un, si ce n’est le plus grand collectionneur de pièces archéologiques ayant existé.

    Giovanni Pietro Campana n’est pas un collectionneur. Il est le Collectionneur !
Né à Rome en 1808, cet aristocrate italien, devenu directeur du mont-de-piété de sa ville natale en 1833 a constitué en moins de trente ans la plus importante collection d’antiquités et d’oeuvres d’art jamais réalisée !
Il perd la raison en mettant au jour les trèsors, les milliers de bijoux en or que renferment les tombes étruques !
L’anticomanie le dévore ! Il est en proie à la fièvre…
Giovanni Pietro Campana est tour à tour archéologue, marchand d’art, mécène… et directeur du mont-de-piété.
Giovanni Pietro Campana se constitue ainsi une collection unique… avec plus de 15.000 objets d’art, des bijoux étrusques, des poteries grecques et romaines, des majoliques mais aussi des tableaux, des peintures des primitifs italiens de la Renaissance…
Il a besoin d’argent, il n’en a plus, le mont-de-piété en a.
Le cardinal Antonelli qui n’a pas supporté la nomination de Giampietro Campana en 1833 à la tête du mont-de-piété de Rome tient sa revanche près de vingt-cinq ans plus tard.
Arrêté, incarcéré à la prison san Michele, à Rome, le marquis Campana di Cavelli est condamné à vingt ans de galères pour détournement de fonds publics…
Il a été le maître de Rome, il n’est plus rien.
Dès lors, Giampietro campana va assister à la mise en pièces de sa collection, devenue la proie des Etats.
Mais, bientôt, en 1861, la France acquiert la majeure partie des oeuvres d’art !
Pouvant enfin rentrer dans Rome après la chute des Etats pontificaux , il va s’attacher à obtenir réparation, au nom de la justice.
Mais son destin est scellé.
Dans les galeries du Louvre, dans celles de nombreux musées en France, en Belgique, à Londres, en Russie, à l’Ermitage, quand les portes se sont fermées, parfois un étrange visiteur…

Campana

« Ulysse » d’après l’Odyssée d’Homère. La Cie Les vagabonds

 

Par la Cie Les vagabonds
Théâtre – Tout public – 1h30
Du 26 mars au 11 avril 2015
mardi au samedi à 20h – dimanche à 16h – relâche les lundis
D’après l’Odyssée d’Homère
traduction de Philippe Jaccottet

Quatre chants sur les vingt-quatre qui composent l’Odyssée, mais sans doute parmi les plus beaux, les plus merveilleux : invité au banquet du roi Alcinoos, Ulysse, fatigué, raconte enfin son périlleux voyage sur les mers, sa rencontre avec le Cyclope, ses soldats transformés en cochons chez Circé, son voyage chez les morts où il retrouve sa mère défunte, la voix des sirènes, etc.

Invitons donc aussi les hôtes spectateurs à s’assoir et à l’écouter lire et dire, bercés par les notes mystérieuses du oud…

Francis Azéma
Accompagné par Lakhdar Hanou

Scénographie : Otto Ziegler Régie générale : Pascal Papini
Vidéo : Félix Imbert Lumières : Ludovic Lafforgue et Lucien Valle
Diffusion : Jeanne Astruc En partenariat avec l’ESAV

Renseignement : 05.62.26.43.66 ou reservation@theatredupave.org

Les Mercredi de l’archéologie

Les Mercredi de l’archéologie

Cycle de conférences mars à mai 2015

Le laboratoire TRACES (UMR 5608 CNRS – UT2J – MCC) et ses partenaires (l’INRAP Midi-Pyrénées, le Service Régional d’Archéologie Midi-Pyrénées, le service d’archéologie de Toulouse-Métropole) ont décidé de mettre en œuvre un programme de valorisation porté par TRACES à l’attention des habitants de Toulouse et de sa région. Ce programme prend la forme d’un cycle de conférences grand public (80 à 100 personnes) à tenir entre mars et fin mai 2015, dans les locaux de la DRAC Midi-Pyrénées,  dans la salle des écuries de l’Hôtel des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, 32 rue de la Dalbade, Toulouse – Métro Carmes.

L’objectif de ce cycle de conférence est d’instruire les Toulousains sur la réalité de leur passé archéologique et du patrimoine culturel et bâti. Les orateurs invités présenteront une conférence d’une heure avec un support visuel (projection sur écran). Leur communication fera l’objet d’une édition d’une brochure A4 qui servira de support de communication à l’attention de La Dépêche du Midi et de la Librairie Ombres-Blanches qui assureront un relais auprès du grand public. Cette brochure pourra être reproduite afin d’être distribuée aux participants.

Ce cycle de conférences s’organise du plus récent au plus ancien, constituant de la sorte une initiation progressive à la démarche archéologique visant à dévoiler les couches enfouies les unes après les autres.

 

Programme

 

Mercredi 11 mars de 18h00 à 19h00

Quitterie CAZES, « Archéologie des cloîtres romans de Toulouse ».

À Toulouse, entre 1100 et 1130, la cathédrale Saint-Etienne, le monastère bénédictin de la Daurade et la collégiale Saint-Sernin se sont dotés de cloîtres exceptionnels, sur le modèle de celui de Moissac. Mais entre 1799 et 1811, tous ont été détruits : les chapiteaux magnifiques qui ont survécu font la renommée internationale du musée des Augustins. Comprendre et restituer ces cloîtres demande dès lors d’effectuer de véritables enquêtes, et l’archéologie y tient une large part.

 

Mercredi 25 mars de 18h00 à 19h00

Nelly POUSTHOMIS, « Toulouse médiévale au prisme de l’archéologie ».

Sur toile de fond de la topographie et de l’urbanisme de la ville au Moyen Age, les découvertes archéologiques des trente dernières années nous éclairent sur les lieux de pouvoirs, les zones d’habitat et les cimetières. Quelques exemples de fouilles et d’études archéologiques permettront d’éclairer ces différents aspects de l’espace urbain, en particulier la fouille du Grand Prieuré des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, rue de la Dalbade.

 

Mercredi 8 avril de 18h00 à 19h00

Jean-Luc BOUDARTCHOUK, « Toulouse, du royaume wisigoth aux premiers comtes (Ve– Xe  siècles). Apogée, déclin et renaissance de la cité ».

Toulouse devient capitale, dès 413, du plus ancien royaume romano-germanique, celui des Goths de Gaule. Durant près d’un siècle, Toulouse rayonne dans le sud et le centre de la Gaule. De grands programmes urbanistiques voient le jour, dont une véritable cité administrative dédiée à la gestion du royaume. Cette cité et la ville, ruinées au début du VIe siècle par la conquête de Clovis, ne sont plus que simples places fortes : la cité manque alors peut-être de disparaitre. Mais à la faveur de la restauration carolingienne et sous l’impulsion de ses premiers comtes, Toulouse retrouve peu à peu toutes les prérogatives d’une grande cité.

 

Mercredi 22 avril de 18h00 à 19h00

Pierre PISANI, « Découvrir Tolosa romaine ».

Avec les sites gaulois de Vieille-Toulouse et de l’agglomération portuaire du quartier Saint-Roch, Toulouse trouve son origine bien avant l’organisation administrative de la Gaule réalisée sous le règne de l’empereur Auguste. Néanmoins, aux alentours de notre ère, une ville nouvelle est fondée sur un site vierge de toute occupation, en rive droite de la Garonne. Sans doute plus conforme aux attentes du pouvoir impérial, Tolosa exprime alors l’idéal urbain de l’époque avec un plan, une parure monumentale et des habitations dignes des plus grandes villes antiques de l’Occident romain. Si la Tolosa des cinq premiers siècles de notre ère a quasiment disparu aujourd’hui du paysage urbain, les recherches archéologiques révèlent peu à peu les traces de cette ville impulsée par la volonté impériale au point de servir de fondement à la métropole d’aujourd’hui.

 

Mercredi 6 mai de 18h00 à 19h00

Michel VAGINAY, « Tolôssa, ville gauloise ».

Toulouse constitue à bien des égards un cas exceptionnel parmi les grandes villes historiques françaises. Les sources antiques attestent son existence depuis les années 100 avant notre ère. Son nom (Tolôssa) a traversé intact plus de deux millénaires et les données archéologiques relatives à l’époque gauloise y sont foisonnantes. Pourtant, il y a encore débat pour la localisation de la ville gauloise et son organisation. L’analyse des données disponibles, replacées dans le contexte de l’évolution de la société de l’époque, permet aujourd’hui de proposer de nouvelles pistes d’interprétation qui tentent de prendre en compte toute la complexité de la situation.

 

Mercredi 20 mai de 18h00 à 19h00

Pierre-Yves MILCENT, « A l’aube de Tolosa : Toulouse et ses environs à l’époque des Celtes anciens (Xe-IIe s. av. J.-C.)».

« Volques Tectosages » : ce nom étrange, typiquement celtique, est celui de la première ethnie dont on connaît le nom à Toulouse. Les Tectosages fascinent historiens et archéologues depuis longtemps car ils posent notamment le problème de l’origine du peuplement régional. La conférence répondra à cette question, et à bien d’autres, en faisant le point sur l’état de nos connaissances, et en remontant le temps, parfois jusqu’à l’âge du Bronze….